C’est dans une courte chronique sur la chaine parlementaire LCP que l’on a pu entendre Julien Bisson, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Le 1, dirigé par Eric Fottorino et Laurent Greilsamer, intervenir sur le sujet “sucre”. Ce journal traite chaque semaine une grande question d’actualité à travers les regards de chercheurs, de philosophes ou d’experts. Cette semaine, Le 1 titre “Demain, j’arrête le sucre”. Dans cette interview, Julien Bisson nous fait une synthèse d’idées reçues et fausses à La Une !

 

“Qu’est-ce qui fait du sucre une véritable drogue ? Elle fonctionne comme les autres drogues légales ou non.”

C’est  non  seulement  faux  mais  c’est  tout  simplement  scandaleux  d’écrire  cela  dans un  journal sérieux ! Appelons à la raison : on parle du sucre, le même qui est produit par la betterave et la canne à sucre ainsi que par tous les fruits.

C’est une erreur grossière de point de vue et de raisonnement ;

– Tout d’abord parce que les drogues court-circuitent le système naturel de la récompense, qui nous conduit à chercher de la nourriture et associera le plaisir à la consommation de nutriments comme le sucre ou d’autres sources alimentaires d’énergie.

Les aliments appétents, qu’ils soient sucrés ou non, stimulent le système de récompense et nous apportent du plaisir lorsque l’on mange.

– Autre point important, les drogues (cocaïne, héroïne,..) stimulent directement et intensément le système de la récompense, mais ce n’est pas le cas pour le glucose.

Il est plutôt admis aujourd’hui que pour les personnes souffrant de troubles du comportement alimentaire, notamment de difficultés à contrôler leurs consommations en produits gras et sucrés, ce phénomène relève d’une addiction comportementale au fait de manger.  Pas d’addiction à une substance, donc, mais un comportement et un rapport à l’alimentation qu’il est nécessaire de prendre en charge par des thérapies adaptées.

Pour en savoir plus, voir la publication : LJ Nolan. Is it time to consider the “food use disorder?”, Appetite. 2017 Aug : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0195666316308625

Voir également notre vidéo “Le sucre rend-il accro ?”

 

“Aujourd’hui, nous consommons plus de 30 kg. L’OMS recommande de manger à peu près 6 cuillères à café par jour.”

Les 30 kg de sucre par an sont des données de ventes et non des consommations réelles. L’écart entre les ventes et consommations « réelles » de sucre alimentaire s’expliquer par des volumes de sucre qui sont transformés par exemple  en alcool, comme lors de la chaptalisation ou pour la production de champagne, mais surtout par les pertes et gaspillage.

Le chiffre correct de consommation d’après les enquêtes alimentaires est de 20 kg/personne et par an, qui est stable depuis 50 ans maintenant en France.

Que dit l’OMS ? L’agence des Nations Unies recommande des apports en sucres libres inférieurs à 10% de nos calories quotidiennes, soit environ 50 g/j. Sont appelés « sucres libres », l’ensemble des sucres ajoutés et les sucres des jus de fruits, du miel, des sirops. En moyenne, les Français respectent cette recommandation (9,5% des calories et 52g/j) ; 41% des adultes dépassent la limite1.

 

“Si on mange un plat préparé… on est déjà dans le rouge.”

Effectivement il peut y avoir du sucre ajouté dans les produits salés pour relever les saveurs ou donner une légère coloration. Mais pas de là à dépasser la recommandation de l’OMS (50 g/j de sucres ajoutés) !

Prenons l’exemple de ce hachis Parmentier* : il contient du sucre dans la liste de ces ingrédients mais en faible quantité (les ingrédients sont listés par ordre décroissant de quantité : du plus important au plus faible).

Le tableau des valeurs énergétiques indique qu’il y a 2,5 % de sucres soit 7,5 g par portion. On parle ici de sucre totaux, c’est-à-dire ajoutés mais aussi naturellement présents dans le lait, la crème, les légumes…

Même sans enlever les sucres naturellement présents, il faudrait consommer plus de 6 portions de hachis dans une journée pour dépasser le seuil (et environ le double si l’on ne compte que les sucres ajoutés, dont il est question dans la recommandation de l’OMS) : 300 g * 6 = 1.8 kg de hachis, faut aimer ça !

 

Voir la source

 

On est loin de l’éditorial du Monde « Vive le sucre », écrit sous la plume d’Eric Fottorino, qui rappelait au bon sens. Il est bien clair que les consommations de sucre en excès sont à éviter, mais soyons mesurés en tout, évitons de faire du sucre comme d’autres aliments issus de la nature de nouvelles peurs.

 


1.Lluch A, et al. Individual Diet Modeling Shows How to Balance the Diet of French Adults with or without Excessive Free Sugar Intakes. Nutrients. 2017 Feb https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5331593/