L’émission Complément d’Enquête du 18 janvier 2018 porte sur le sucre et sa consommation. Ce sera très intéressant de suivre les débats mais nous avons vu dans l’annonce de l’émission que les données de consommation de sucre ne sont pas les bonnes. Précisions nécessaires pour bien commencer !

 

« En moyenne, chaque Français mange 35 kg de sucre par an. »

Les ventes ne sont pas des consommations.

C’est un chiffre qui circule depuis un moment mais il s’agit des ventes de sucre et ce n’est pas du tout la réalité des consommations individuelles. Ce chiffre de vente n’a qu’un mérite, c’est d’observer de grandes tendances sur des décennies et pour le sucre, les ventes sont stables depuis maintenant plus de 50 ans. Vous avez bien lu, les Français ne consomment ni plus ni moins de sucre aujourd’hui ! Ce qui a changé, c’est la répartition de ces ventes : dans les années 60, plus de la moitié du sucre était utilisé à domicile, pour faire nos confitures, nos gâteaux, nos compotes, etc. Aujourd’hui, ces produits sucrés, nous les achetons en grande surface ou nous les consommons lorsque nous prenons un repas hors domicile. Mais au total, pas plus de sucre vendu par personne chaque année depuis 50 ans. C’est un fait ! (1)

Mais quelle est notre consommation « réelle » de sucre ?  Elle est forcément inférieure car tout le sucre vendu n’est pas intégralement consommé.

D’importants volumes de sucre sont utilisés chaque année pour la production d’alcool, pour les spiritueux ou les parfums par exemple et pour chaptaliser (sucrage des vins). Mais surtout, on ne consomme pas tous les produits sucrés qui sont fabriqués. Exemples : une part de gâteau qui reste et finit à la poubelle, idem pour un yaourt aux fruits dont la date de durabilité est largement dépassée ou un fond de bouteille de limonade dégazée que l’on vide dans l’évier ; tout cela, c’est du sucre vendu et non consommé.

Il est préférable d’utiliser les données issues d’enquêtes alimentaires de l’ANSES (enquête INCA, enquête individuelle nationale de consommation alimentaire) et du CREDOC (Centre de Recherche pour l’Etude et l’Observation des Conditions de vie). La consommation réelle se situe alors plutôt à 50 g de sucres ajoutés par jour et par personne (2), environ 10% de nos calories en moyenne, ce qui correspond aux recommandations de l’OMS. Il s’agit du sucre consommé en l’état (ajouté à domicile au yaourt ou incorporé dans un gâteau fait maison) et des sucres ajoutés (sucre, sirop de glucose-fructose, miel, lactose…) aux produits sucrés (sodas, biscuits, desserts lactés,…). Bien entendu, c’est une moyenne et ce qui compte, c’est de s’intéresser aux groupes de population qui sont très au-dessus. C’est bien cela la question, des apports en sucres élevés conduisent à des excès de calories qui majorent les risques de prise de poids et des maladies associées à l’excès de poids.

(1) FAO stat (consulté en janvier 2018)

Tableau des Disponibilités (Ventes de sucre sur le marché français)


(2) LLuch et coll.,Nutrients 2017