L’Académie de Nutrition et de Diététique américaine propose une mise à jour, en cours depuis 2008, des recommandations nutritionnelles pour l’adulte diabétique de type 1 et de type 2. La prise en charge nutritionnelle joue un rôle important dans la gestion du diabète, car elle peut avoir un réel impact sur le contrôle de la glycémie, des lipides sanguins et de la tension artérielle et sur la qualité de vie. Cette publication est le résultat d’une analyse de la littérature sur 14 thématiques, en tenant compte de leur niveau de preuves et de leurs limites. Ces recommandations pratiques sont destinées aux nutritionnistes pour une meilleure prise en charge de leurs patients diabétiques.

Parmi ces 14 thématiques nous résumons les recommandations se rapportant aux apports caloriques, aux glucides, aux sucres et aux édulcorants. Les recommandations concernant les autres macronutriments, les vitamines et minéraux et l’activité physique sont consultables dans la publication.

– Recommandations sur l’apport énergétique total :

Il est recommandé d’encourager les diabétiques en surpoids et obèses à réduire leur apport énergétique total au sein d’un régime sain, dans un objectif de perte, de maintien du poids et/ou de prévention de prise de poids. Une perte de poids même faible est bénéfique. Pour les diabétiques de poids normal, la recommandation est de les encourager à adopter un régime sain, avec comme objectif le maintien du poids et/ou la prévention de la prise de poids.

– Recommandations sur l’apport et la répartition des glucides et sur l’index glycémique :

Les glucides devraient représenter 39 à 57 % de l’apport énergétique total pour la population générale. Il n’y a pas de différence pour la population diabétique qui doit avoir une alimentation équilibrée, diversifiée, avec un apport calorique adapté selon les recommandations. Cependant chez les patients diabétiques sous insulinothérapie, une éducation centrée sur la composition glucidique des aliments peut être bénéfique sur l’HbA1c et sur la prévention des hypoglycémies.  Pour les diabétiques non insulinodépendants les recommandations vont plus vers une prescription diététique centrée sur les portions plus que sur la composition en glucides. Les résultats des études à long terme sur l’index glycémique et la charge glycémique sont discordants et n’ont pas rapporté d’influence significative indépendamment de la perte de poids sur l’HbA1c et des résultats non consistants ont été obtenus sur la glycémie et l’insulinémie.  Il est donc recommandé d’avoir une prise en charge individualisée en fonction du traitement diabétique et grâce à l’autosurveillance, en prenant en compte les préférences personnelles et les objectifs métaboliques.

– Quelle utilisation des sucres et des édulcorants ?

 

La consommation de sucres (saccharose…) lorsqu’ils se substituent de manière isocalorique aux autres glucides, n’auront pas un effet significatif sur l’HbA1c ou l’insulinémie. Par contre la surconsommation excessive de sucres peut avoir un impact sur l’apport énergétique totale du fait de la consommation d’aliments denses en énergie. L’utilisation d’édulcorants non caloriques (aspartame, sucralose, glycosides de stéviol…) dans le cadre des doses journalières autorisées par la FDA, en substitution dans les aliments ou boissons sucrés peut permettre de réduire l’apport calorique et glucidique, si et seulement si ils sont substitués aux sucres sans compensation par l’apport de calories supplémentaires provenant d’autres sources de nourriture.

Academy of Nutrition and Dietetics Nutrition Practice Guideline for Type 1 and Type 2 Diabetes in Adults: Nutrition Intervention Evidence Reviews and Recommendations  .

Franz MJ, MacLeod J, Evert A, Brown C, Gradwell E, Handu D, Reppert A, Robinson M. J Acad Nutr Diet. 2017 Oct * 70003

Tags:

Auteur : Franz MJ

Documents supports :
Brèves Nutrition n°70 - Novembre 2017 - N70003