Animations, conférences, personnalités politiques, concerts… Avec 245 000 visiteurs, la Foire de Châlons est, pour le monde agricole, un véritable temps fort de la rentrée politique, économique, sociale et commerciale de la grande région sucrière qu’est le Grand Est. Année après année, elle met en avant tout ce dont le territoire peut être fier. Ainsi, de la betterave aux cristaux de sucre, toute la filière y sera largement présente et le CEDUS (Centre d’Études et de Documentation du Sucre) en sera l’invité d’honneur du 31 août au 2 septembre. À l’occasion de cette 72e édition, plusieurs Champions de France du Dessert officieront pour célébrer comme il se doit cette culture
emblématique de la région… Une édition qui déroule une carte des desserts délicieuse et revendique haut et fort #PasPrivéDeDessert !

Trois jours de programme gourmand
Carte blanche à Patrick Leseux, Champion de France du Dessert
Durant les 3 premiers jours de cet événement d’envergure, le chef pâtissier Patrick Leseux, Champion de France du Dessert, réalisera ses plus belles recettes en direct. Il sera accompagné le dimanche 2 septembre par François Josse, Champion de France du Dessert 2018 catégorie Professionnels et actuellement sous-chef pâtissier au Four Seasons Hôtel George V (Paris). Un délice pour les yeux… et pour les papilles des gourmands présents !

« Le sucre, une vraie belle histoire »
Du champ à l’assiette, quel est le parcours du sucre ? A travers une vidéo de 5 minutes, ludique et pédagogique, petits et grands pourront découvrir le trajet de cet ingrédient utilisé quotidiennement par les français.
Récolte des betteraves, extraction du sucre, conditionnement, tout le processus réalisé par cette filière agricole d’excellence sera expliqué par des illustrations et animations.

A chaque sucre son utilisation !
Brun ? Roux ? Blanc ? Glace ? En poudre ou en morceaux ? Chacune des 9 variétés de sucre a sa propre utilisation, que ce soit pour sucrer un yaourt ou faire de la pâtisserie ! Le public pourra ainsi tester les différents sucres et apprendre les différences de goût, d’arôme, de texture, de couleur et d’utilisation lors d’un atelier dégustation très gourmand autour de crêpes délicieusement sucrées.

Un nuage de douceur
Qu’est-ce qui a l’apparence d’un nuage, fond sur la langue avec un doux goût sucré et contient moins d’un morceau de sucre ? La barbe à papa bien sûr ! Elle sera proposée à la dégustation tout au long du salon pour offrir aux visiteurs un plaisir sucré qui ne représente que 1% de leur apport calorique journalier.
Information pratiques
Foire de Châlons – 68 Avenue du Président Roosevelt – 51000 Châlons-en-Champagne (Marne)
Du vendredi 31 août au lundi 10 septembre 2018
Le sucre, invité d’honneur du vendredi 31 août au dimanche 2 septembre

 

Le Grand Est, une région « sucrément » dynamique !
Le Saviez-Vous ?
La Marne est le deuxième département betteravier français juste derrière l’Aisne. Des champs, des planteurs, des transformateurs : ici on produit du sucre Made in France !
La région Grand Est représente 25% de la surface betteravière française !
5 600 planteurs de betteraves y travaillent (soit 20% des planteurs français).
Pour transformer la betterave locale, 5 sucreries sont réparties dans tout le Grand
Est :
Aube – 1 sucrerie (Arcis-sur-Aube)
Marne – 3 sucreries (Bazancourt ;
Connantre ; Sillery)
Bas-Rhin – 1 sucrerie (Erstein)

CHIFFRES CLEFS
–  La France est le 1er producteur mondial de sucre de betterave
–  La consommation de sucre en France est stable depuis 50 ans : 50g par jour et par habitant
– Surfaces betteravières
– 30 départements en France pour un total de 480 000 ha dont 119 200 (25% de la surface française) répartis dans le Grand Est sur 8 départements : Les
Ardennes, l’Aube, la Marne, la Haute-Marne, la Meuse, la Moselle, le Bas-Rhin et le Haut-Rhin.
– Nombre d’agriculteurs-planteurs de betteraves
– La France compte 27 000 planteurs de betteraves dont 5 600 dans le Grand Est.
– La France métropolitaine compte 25 sucreries, dont 5 dans le Grand Est
–  Le Grand Est c’est : 1,5 million tonnes de sucre soit ¼ de la production française