Impossible de dissocier la filière sucre de la Douce France. Pourquoi ? Parce que le sucre est une spécialité made in France. En effet, on ne sait pas assez que l’Hexagone est le premier producteur mondial de sucre de betterave, le premier producteur européen de sucre et que cette filière est génératrice de 45 000 emplois.

Aux racines du sucre, une production made in France non délocalisable

« A la Saint Luc, la betterave devient sucre ». Voilà un dicton populaire qui a tout bon.  En effet, A la Saint Luc, le 18 octobre, les 25 sucreries françaises des 5 groupes sucriers du pays sont en pleine effervescence. Elles transforment les 44 millions de tonnes de betteraves cultivées dans 8 régions, essentiellement au nord de la Loire, par 26 000 planteurs sur 480 000 hectares. Pendant 4 mois, de septembre à janvier, 24 h sur 24, et 7 jours sur 7, les sucreries vont en extraire le sucre, qui est naturellement contenu dans les betteraves. Après cristallisation, on obtient un sucre pur et blanc qui n’a subi aucune transformation chimique. Voici donc un produit Français, tout simplement bien fait et qui s’exporte aussi bien en Europe, qu’en l’Afrique du Nord et de l’Ouest et au Moyen Orient.

Dans l’industrie sucrière, rien ne se perd !

Une petite promenade entre champs et sucreries donne une photographie 100 % durable. En effet, avec la betterave à sucre, rien ne se perd. D’abord les feuilles des betteraves restent dans le champ et font office d’engrais pour la culture suivante.

Ensuite, nul besoin de prévoir de longs déplacements : les sucreries sont situées à proximité des zones de culture et les racines arrivent ainsi rapidement à destination. Après extraction du jus sucré, les betteraves qui prennent le nom de pulpes, retrouvent une nouvelle vie dans l’alimentation animale. Quant à l’eau, qui compose plus des ¾ de la betterave, elle est réutilisée dans la sucrerie et servira notamment au lavage des nouvelles betteraves qui arrivent.

Non à l’excès de sucre, oui aux emplois locaux

La filière sucre représente 45 000 emplois répartis dans les zones de production de la betterave et du sucre, avec un chiffre d’affaires global de 3,8 milliards d’euros*. C’est une filière dynamique, qui fournit un solde positif de 923 millions d’euros dans la balance commerciale.

Dans notre pays, le marché est stable :  le sucre est une source de plaisir auquel les Français ne sont pas prêts à renoncer. Les 2/3 d’entre eux ne souhaitent pas être privés de dessert **. Mais, Ils ont bien compris qu’il fallait avoir une consommation responsable et raisonnée ; depuis 50 ans, celle-ci est stable en France avec une moyenne de 50 g par jour et par habitant***, ce qui correspond aux recommandations de l’OMS.

Cliquer ICI pour télécharger la carte chiffres clés 2017

* Chiffres de la filière sucre à retrouver dans la carte « chiffres-clés » – septembre 2017– Cedus

** Enquête OpinionWay- collective du sucre – octobre 2016

*** LLuch et coll., Nutrients 2017

Crédits photos

  1. Dez / CEDUS – Bar Floréal / CEDUS – A.Lejarre / Bar Floréal / CEDUS