On dit du sucre un peu tout et son contraire : il nous ramène en enfance avec les bonbons en véhiculant le plaisir et la douceur mais il nous ferait aussi vieillir plus vite en abimant notre peau ! Un journal belge s’attache précisément à l’impact du sucre sur nos rides. Vérification !

 

« La « glycation » a pour effet de « caraméliser » le sucre sur les fibres qui soutiennent la peau »

Faut pas pousser ! Du caramel sur les fibres du derme ?! L’image est intéressante…mais fausse. Retour à la biologie de base : la glycation est bien une réaction naturelle qui se produit entre le glucose, provenant des glucides de notre alimentation, et les protéines de certains tissus du corps humains : tissus musculaires, vaisseaux sanguins, protéines du derme.

Le glucose se fixe autour des fibres de collagène, d’élastine et de fibrilline, protéines qui constituent le tissu de soutien élastique de la peau. Nommées protéines glyquées, ces protéines modifiées sont moins bien éliminées et s’accumulent dans les cellules. Résultat : le renouvellement des fibres élastiques se fait moins bien, ce qui provoque l’apparition des rides avec les années.

Pour mémoire, la vraie caramélisation se fait plutôt dans sa cuisine, en chauffant du sucre à 190° !

Mais le sucre en lui-même favorise-t-il les rides ? Le sucre ou saccharose est bien un vecteur de glucose, d’où l’idée séduisante d’un lien direct entre la cause et son effet.

Donc oui, le glucose participe au processus naturel de vieillissement de la peau, mais non le sucre n’est pas la source unique de glucose.

Le glucose présent dans le sang et circulant jusqu’à nos cellules du derme provient pour partie du sucre apporté par les aliments (20 à 25% environ). Mais il est aussi et surtout apporté par tous les autres glucides digestibles (pour plus de 75%), en l’occurrence l’amidon et les autres sucres : lactose, fructose, maltose,…. Une alimentation équilibrée et diversifiée intègre forcément des glucides, qui sont tous des sources de glucose et l’on ne peut pas empêcher les réactions de glycation.

Dans la formation des rides, l’alimentation est un déterminant certes important mais les radiations solaires (UV), la pollution, les sollicitations mécaniques et la perte d’élasticité génétiquement programmée font de toute façon leur ouvrage…

 

Lire aussi notre article « Le sucre et les rides ».