Sucre, plaisir & Addiction

ATTIRANCE OU ADDICTION AU SUCRE : NE PAS CONFONDRE

POINT EN VIDÉO : LE PLAISIR PEUT EXISTER SANS DÉPENDANCE

Vous entendez souvent vos patients dire qu’ils sont « accro » au sucre.

Pourtant la notion d’addiction aux produits sucrés est un abus de langage, en confondant l’addiction réelle avec l’envie ou le plaisir.

Découvrez cette vidéo pour comprendre comment fonctionne le système de récompense et partagez-la avec vos patients.

Voir les références

Bon à savoir

  • Contrairement à une idée reçue, il n’existe pas de cartographie des 4 saveurs primaires sur la langue.
  • Les aliments augmentent la teneur en dopamine dans le cerveau de 45% alors que les drogues de 500%. (Nicklaus 2013)

LES POINTS CLÉS À RETENIR

01

LE CARACTÈRE AGRÉABLE DE LA SAVEUR SUCRÉE EST LIÉ À UN BESOIN PHYSIOLOGIQUE : celui d’identifier les aliments sources d’énergie.

02

L’ATTIRANCE POUR LA SAVEUR SUCRÉE EST INNÉE :
elle diminue ensuite au cours de la vie lorsque le répertoire alimentaire s’élargit.

03

LES ALIMENTS PALATABLES*, SUCRÉS OU NON, STIMULENT LE SYSTÈME DE RÉCOMPENSE : la sécrétion de dopamine procure une sensation de plaisir et de bien-être.

04

CONTRAIREMENT AUX ALIMENTS, LES DROGUES DÉTOURNENT CE SYSTÈME : la libération de dopamine est beaucoup plus importante avec les drogues et la tolérance à la substance augmente.

05

PLUTÔT QU’UNE ADDICTION À L’ALIMENT, C’EST LA NOTION D’ADDICTION À UN COMPORTEMENT ALIMENTAIRE QUI FERAIT CONSENSUS (Neurofast 2014) : un comportement compulsif nécessite une prise en charge spécifique.

*qui procurent une sensation agréable

POUR VOTRE PRATIQUE

Outils pour vous

Outils pour vos patients

La préférence pour la saveur sucrée est-elle innée ?*

Le sucre rend-il addict ?*

Les brèves du sucre Nutrition spéciales addiction

Sucre ≠ addiction l’essentiel à retenir

Le goût sucré : de la langue au cerveau